Tension locative : comment calculer la demande locative et faire le bon choix ?

L’investissement immobilier locatif constitue l’une des solutions de placement les plus rentables si vous vous y prenez bien. Il faudra alors faire en sorte d’obtenir un flux de trésorerie (cashflow) avantageux pour bénéficier au minimum de l’autofinancement. Toutefois, une question demeure : « Que se passerait-il si votre bien locatif n’arrive pas à être loué ? ». Force est de constater qu’un logement vacant peut rapidement devenir encombrant. C’est alors là qu’intervient la tension locative, l’un des indicateurs clés lors de la sélection du lieu où réaliser votre investissement immobilier. Elle dépend particulièrement de la demande locative dans chaque ville de France.

Les spécificités de la tension locative

En effectuant un investissement immobilier locatif dans une ville, l’objectif consiste principalement à augmenter un patrimoine avant d’en dégager des revenus complémentaires provenant des loyers. Ces gains seront ensuite affectés à un remboursement de crédit et à l’acquittement de l’impôt sur le revenu. L’idéal est de faire un placement permettant de créer un cashflow positif, favorable à l’autofinancement. Il faudra alors définir si le marché ciblé est en tension ou non, en plus d’offrir un bon rendement et un prix à l’achat accessible.

Les investisseurs de l’immobilier doivent limiter les risques locatifs (la vacance locative et les impayés) pour garantir un rendement optimal de chaque investissement. Il est donc crucial qu’un bien immobilier locatif puisse trouver rapidement preneur, durant sa mise sur le marché, mais aussi pour sa remise en location. L’emplacement représente un facteur décisif pour attirer le locataire durant sa recherche de résidence. La tension locative en est un autre. Comparer offre et demande sur un territoire prédéterminé (Paris, Amiens, Angers…) est le moyen qui permet de connaître s’il est possible ou non de louer facilement un logement.

Concrètement, la tension locative se définit comme la différence entre la demande et l’offre locative dans chacune des villes de France, et dans chacun de leurs quartiers. Elle constitue en effet un élément clé pour prendre une décision d’achat au niveau du marché immobilier de ces zones. Un secteur en tension locative (zone tendue) montre que la demande de logements reste inférieure à la proposition locative moyenne. Dans cette circonstance, votre bien pourra trouver rapidement preneur (étudiants, jeunes actifs, familles…). Puis, les cycles de vacances locatives seront plus courts. 

A contrario, si l’offre locative excède la demande, vous aurez du mal à trouver un locataire. La tension locative ne dépend pas des prix de l’immobilier dans les villes ni des loyers pratiqués pour les logements de tous types. Par contre, le rendement locatif prend en compte l’ensemble de ces données lors de son calcul. À ces informations s’ajoutent d’autres critères d’achat (prix des logements, moyen de financement, population locale, solutions de gestion…). 

La demande locative et ses critères

Dans le cadre d’un investissement immobilier locatif, il est crucial de porter une attention particulière à la zone où investir. Il faudra aussi déterminer si vous avez de grandes chances de louer facilement votre bien et de bénéficier d’un maximum de rentabilité. Pour cela, vous devrez réaliser une évaluation de marché ainsi qu’une analyse de la demande locative. Cette dernière sera utile pour avoir une idée du sort de votre projet d’investissement immobilier. Vous pourrez ainsi éviter les risques de pertes financières, de temps et de vacance locative.

La demande locative fait référence aux personnes cherchant une résidence et souhaitant la louer. Elle est indissociable de l’offre locative qui correspond souvent aux logements disponibles. Grâce à ce rapport de demande et d’offre, il sera possible de calculer la tension locative, et de définir si une zone est tendue ou détendue en matière de location. Cela représente un véritable avantage pour les propriétaires et investisseurs qui souhaitent profiter d’une bonne rentabilité dans leurs villes.

tension locative

Dans un cadre purement financier, la demande locative peut être assimilée à la solvabilité des particuliers et aux revenus locatifs engendrés par l’investissement. Chaque particulier qui veut louer un logement peut définir sa propre solvabilité (ou non-endettement). Cela s’apparente au budget qu’il est prêt à allouer au loyer mensuel. La solvabilité d’un particulier locataire varie en fonction de la catégorie socioprofessionnelle (retraité, adulte, jeune actif ou étudiant) à laquelle il appartient. 

Si vous êtes propriétaire, vous devez donc bien faire attention avant d’acquérir un bien locatif et analyser le potentiel solvable de vos locataires. Cette évaluation s’effectuera selon la typologie du logement (studio, appartement avec plusieurs pièces ou maison) et sa localisation (type de quartier, campagne, ville…). Par exemple, les étudiants à Paris n’auront pas la même capacité à s’acquitter de leurs loyers que les étudiants des quartiers de Nantes.

L’attractivité du territoire constitue aussi un facteur pouvant influencer la demande locative. Cette dernière varie selon que la localité soit une grande métropole ou une zone rurale. Les attraits ainsi pris en compte concernent les activités commerciales et culturelles, les emplois, les universités… Plus une ville sera attrayante, plus la demande est élevée. Toutefois, certaines zones touristiques (cités balnéaires et stations de ski) ont généralement une très forte tension locative durant les périodes de vacances. Évidemment, cette tension chute généralement à un niveau plus profitable dès la fin de la saison.

Les autres éléments décisifs pouvant impacter sur la demande locative sont l’offre et la typologie de biens disponibles dans les villes (Paris, Amiens, Angers…). Ce sont des critères à associer avec la solvabilité. De manière générale, plus votre budget est conséquent, plus vous orienterez votre choix d’investissement vers un grand appartement ou une maison. La typologie d’un logement peut être exprimée par catégorie (studio, appartement ou maison), mais également par sa superficie en mètre carré ou par indice F (Fonction) ou T (Type).

Les méthodes de calcul de la demande locative

La demande locative dans un secteur de France (région, ville, ou quartier) peut se calculer de différentes manières. Le but de cette estimation peut être de déterminer la tension locative, de rechercher un endroit propice pour louer un logement ou de servir de donnée pour des conseils clients. Il sera ensuite plus facile de définir le loyer à proposer pour ce bien, et son mode de gestion.

La première méthode consiste à estimer vous-même cette demande locative, sans recourir à un moyen ou outil dédié. Cela passe par l’analyse de l’offre locative de votre ville ou de vos villes cibles en consultant les annonces de location immobilières locales. Ces dernières sont proposées sur différents sites internet et peuvent être filtrées par type de logement et par ville. Vous pouvez aussi en trouver dans le journal, dans les rubriques consacrées aux propriétaires. La demande est faible si vous trouvez beaucoup d’annonces, et elle est élevée si vous obtenez peu de résultats. Il s’agit donc d’un bon outil de recherche pour les propriétaires et investisseurs souhaitant rentabiliser leurs placements et optimiser la gestion de ces derniers.

La seconde technique consiste à utiliser un outil de mesure, un tensiomètre locatif proposé par certains sites spécialisés. Il s’agit d’un simulateur de tension locative donnant la possibilité d’analyser en quelques clics la demande locative moyenne d’un parc immobilier. Vous n’avez qu’à indiquer le code postal de la localité (Paris, Angers, Amiens…) et le type de bien voulu au niveau du tensiomètre. Les données sur le budget des locataires et la facilité à trouver une habitation vous seront ensuite fournies par l’outil. Vous obtenez aussi plusieurs précisions sur le marché de la location dans la zone choisie et éventuellement sur sa population.

La troisième solution permet de faire l’évaluation de la demande locative moyenne par la création d’une fausse annonce de location ou dans un journal. Elle peut être cumulée avec les 2 autres méthodes précédentes pour obtenir une estimation plus claire. Il vous suffit de procéder à la publication de l’annonce sur un site e-commerce. L’offre devra proposer des données bien détaillées (diagnostic de performance énergétique et taille en mètre carré notamment) et égayées avec de belles photos du bien (meublé ou non). De nombreuses candidatures signifieront que la demande locative du territoire sélectionné (ville, quartier ou autre) est faible. Dans le cas contraire, elle sera plutôt forte en raison du faible taux de candidatures.

photo du rédacteur
  • Mickael ZONTA
  • Président, Investissement-Locatif.com

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

  • investissement-immobilier/achat-residence-principale-combine-investissement-locatif

    Est-il possible d'acquérir un bien suffisamment grand pour en habiter une partie et louer l'autre ? Découvrez-le dans cet article.

    Lire l'article
  • investissement-immobilier/immeuble-deja-loue-7-points-importants-pour-votre-investissement

    L'immeuble de rapport désigne un ensemble immobilier complet. Découvrez les 7 points auxquels faire attention lorsque vous souhaitez investir dans un immeuble de rapport.

    Lire l'article
  • investissement-immobilier/investir-en-passoire-thermique-opportunite-ou-risque

    Le terme de "passoire thermique" est employé pour désigner un logement qui souffre d'une mauvaise isolation et d'une consommation excessive.

    Lire l'article

Faites le premier pas en prenant RDV.
Notre équipe gère tout le reste.

Prenez rendez-vous avec un de nos conseillers par téléphone, ou dans un de nos bureaux à Paris, Lyon ou Lille.